top of page
Saké Setoichi Airubībakku (I'll be back) アイルビーバック 720ml

Le maître brasseur s’est inspiré de l’Umeshu, le fameux vin de prune japonais incontournable l’été, pour produire le saké Airubībakku (« Je reviendrai »). Il a voulu créer un saké capable de mettre en valeur les arômes naturels des fruits de saison tout en les fusionnant, pour obtenir une boisson fruitée rafraîchissante. Tout le plaisir réside dans le charme du « saké arrangé » maison. D’abord la joie d’attendre, puis le plaisir de déguster et le bonheur des retrouvailles des fruits après la saison. Sec, délicat et frais en bouche, ce saké utilisant le riz Yamada Nishiki peut aussi être dégusté seul.

 

Notes de dégustation

Pour qu'il puisse être dégusté seul, l'ajout d'alcool a été réduit au minimum requis pour la macération de fruits, soit 20%. Ce qui donne une attaque douce et nette, et une saveur équilibrée, et une finale vive et sèche.

 

Accords 

Poisson blanc, salade de fruits, desserts lactés.

Saké Setoichi Airubībakku (I'll be back) アイルビーバック 720ml

38,88 €Prix
  • Brasseur : Seto Shuzo, 1865

    Préfecture : Kanagawa

    Classification : Junmai Ginjo

    Riz : Yamadanishiki

    Seimai Buai (polissage) : 70% 

    Levures: Association No. 7

    Titrage : 20%

    Grade/SMV : +5

    Acidité : 1.8

    Volume : 720 ml

    Service : servir frais.

    Conservation : à conserver dans un endroit frais et sombre, à l'abri de la lumière, idéalement au réfrigérateur. Après ouverture, à conserver impérativement au réfrigérateur, et à consommer sous 4 à 5 semaines.

  • La brasserie Seto a été fondée en 1865 dans la région de Kanagawa à Kaisei-Machi. Après avoir arrêté le brassage en 1980, elle a repris la production de saké en 2018.

    Le paysage, marqué par les rizières qui changent au fil des saisons, le murmure de l'eau et les vieilles maisons au toit de chaume, a soulevé cette question : Quel goût aurait le saké produit dans cet environnement apaisant? A partir de là, le plan de relance de l'activité est entré en action. Trois personnes travaillent aujourd'hui dans la kura.